Conditions de vie des menages

Écrit par ILBOUDO Abdoul Karim le . Publié dans Définitions


Accès à l’eau :
Pour un ménage, disponibilité d’une source d’approvisionnement en eau à moins de 30 minutes quel que soit le mode de transport utilisé.

Accès à l’électricité (taux d’) : Rapport entre la somme des populations vivant dans les localités électrifiées et la population totale.

Autoconsommation :
Production de biens et services par les ménages pour leur propre consommation. L’activité de production et consommation échappe ainsi aux échanges économiques. On parle d’économie domestique ou d’économie de subsistance.

Capital financier d’un ménage :
Réserve de valeur matérialisée par l’ensemble des ressources provenant de l’épargne ou de l’emprunt qui facilite les dépenses productives (achat d’équipements et de matériels productifs), dépenses de nourriture, d’éducation, de santé, d’habillement, de logement.

Capital humain :
Ensemble des ressources personnelles productives économiquement. Ces ressources peuvent s’accroître en réalisant des dépenses d’éducation, de formations professionnelles, de santé, d’alimentation, de logement. Un enfant né dans de bonnes conditions qui a été scolarisé et qui a fait des études supérieures, dispose d’un capital humain plus important qu’un autre qui n’aurait pas bénéficié de toutes ces conditions.

Capital physique d’un ménage :
Ensemble des actifs productifs (outils, équipement, bétail, etc.), des actifs ménagers (appareils ménagers, logement, vêtements, vélos, bijoux) et des stocks détenus par le ménage.

Capital social :
Ressource sociale provenant des relations culturelles et sociales avec d’autres individus capables d’influencer positivement la situation économique d’un individu. Ainsi, les solidarités sociales, ethniques ou familiales sont des facteurs de lutte contre la vulnérabilité et la pauvreté.

Chef de concession :
Personne qui est responsable de la concession. Il peut s’agir du propriétaire, d’un parent du propriétaire ou de l’individu qui encaisse les loyers pour le compte du propriétaire. Cet individu peut habiter ou non la concession.

Chef de ménage :
Personne de référence d’un ménage reconnue comme telle par les autres membres.

Concession :
Unité d’habitation formée par une ou plusieurs constructions entourées ou non par une clôture, où habitent un ou plusieurs ménages. Les immeubles habités sont considérés comme des concessions.
La concession peut également comporter en milieu rural un ensemble de constructions clôturées autour duquel existent une ou plusieurs maisons d’habitation dont les occupants déclarent appartenir à l’ensemble clôturé.

Contribution régionale à la pauvreté :
Rapport entre le nombre d’individus pauvres d’une région et le nombre de l’ensemble des individus pauvres du pays.

Couverture en eau potable (taux de) :
Rapport entre le nombre de ménages (ou de la population) se procurant de l’eau dans les installations jugées capables de fournir de l’eau potable (branchements au réseau de distribution d’au courante, bornes fontaines, forages munis de pompe à motricité humaine, adduction d’eau gravitaire ou pompage en milieu rural) et le nombre total de ménages (ou la population totale)

Couverture géographique en électricité (taux de) :
Rapport entre la surface totale des zones électrifiées et la surface totale habitée.

Desserte en électricité (taux de) :
Rapport entre le nombre de ménages connectés à un réseau de distribution d’électricité et le nombre total de ménages.

Eau courante :
Eau du robinet, distribuée par des canalisations.

Eau potable :
Eau dont la consommation n’a pas de dangers pour la santé humaine à court, moyen et long terme. Elle doit être conforme aux normes de potabilité de l’eau adoptées par le Burkina Faso et dont les fondements sont les directives pour la qualité de l’eau potable de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Electrification (taux d’) :
Rapport entre le nombre de ménages pouvant accéder à l’électricité et le nombre total de ménages.

Famine :
Manque total de grains dans une région suite à une mauvaise récolte. Il y a famine lorsqu’une situation passagère appelée communément disette, se généralise au point de provoquer un nombre inhabituel de décès chez les populations qui souffrent de faim.

Groupe socioéconomique :
Combinaison des caractéristiques du chef de ménage selon la situation d’activité, le secteur d’activité, la branche d’activité et la catégorie socioprofessionnelle.
On distingue généralement les groupes socioéconomiques suivants :

  • Salariés du public : Ménages dont le chef est un salarié du secteur public ou parapublic ;
  • Salariés du privé structuré : Ménages dont le chef est un salarié du secteur privé formel ;
  • Indépendants et employeurs non agricoles : Ménages dont le chef est un travailleur à son propre compte ou un employeur dans un secteur d’activité non agricole ;
  • Aides familiaux bénévoles et apprentis : Ménages dont le chef est un travailleur familial non rémunéré ou un apprenti ;
  • Agriculteurs de coton : Ménages dont le chef est un agriculteur de coton ;
  • Autres agriculteurs : Ménages dont le chef est un agriculteur de tout produit autre que le coton ;
  • Inactifs : Ménages dont le chef est un invalide, un retraité, un rentier ou un malade de longue durée ;
  • Salariés du privé non structuré : Ménages dont le chef est un salarié du secteur privé informel ;
  • Chômeurs : Ménages dont le chef est un chômeur.

Incidence de la pauvreté :
Rapport entre le nombre de personnes pauvres et la population totale. C’est la proportion de pauvres dans une population donnée.

Indicateur de Participation des Femmes (IPF) :
Mesure synthétique de la participation des femmes en se concentrant sur les opportunités qui s’offrent à elles plutôt que sur les capacités qui sont les leurs. C’est la moyenne des indices de mesure des inégalités femmes-hommes dans les trois domaines suivants :

  1. Participation au pouvoir décisionnaire dans la sphère politique ;
  2. Participation au pouvoir décisionnaire dans l’économie ;
  3. Maîtrise des ressources économiques.

Indicateur de pauvreté humaine pour les pays en voie de développement (IPH-1) :
Indicateur composite mesurant le degré de privation des trois dimensions fondamentales traduites au niveau de l’indicateur du développement humain : une vie longue et en bonne santé, la connaissance et un niveau de vie décent.

Indicateur du développement humain (IDH) :
Indicateur composite mesurant les résultats moyens obtenus au niveau de trois dimensions fondamentales du développement humain : une vie longue et en bonne santé, la connaissance et un niveau de vie décent.

Indicateur sexospécifique du développement humain (ISDH) :
Indicateur composite mesurant les résultats moyens au niveau de trois dimensions fondamentales représentées par l’indicateur du développement humain (une vie longue et en bonne santé, la connaissance et un niveau de vie décent) ajustées pour prendre en compte les inégalités entre les hommes et les femmes.

Indice de Gini ou indice de concentration :
Mesure de la concentration d’une distribution (salaires, revenus, dépenses, etc.) dans une population donnée.
L’indice de Gini est un nombre sans dimension compris entre 0 et 1. Plus sa valeur est grande, plus la concentration est forte et plus la répartition est équitable et vice versa.

Latrine à simple fosse ou latrine traditionnelle :
Simple fosse recouverte d’une dalle possédant un trou de défécation et une cabine assurant l’intimité.

Latrine améliorée à fosse ventilée (VIP) ou latrine améliorée à fosse auto-ventilée (LAA) :
Les latrines VIP comprennent une (ou des) fosse(s) de réception et d’accumulation des boues dont les parois sont construites, une superstructure constituée d’un ensemble de dalles, d’une cabine et un tuyau de ventilation dont l’extrémité est munie d’un grillage anti-mouches. Il existe des latrines VIP à fosse unique, à double fosses ou fosses multiples (bloc de plusieurs latrines).

Lien de parenté avec le chef de ménage :
Indique pour chaque personne vivant dans le ménage, sa filiation ou relation avec le Chef de Ménage.

Locataire :
Situation d’occupation de l’habitat ou du logement dans laquelle celui-ci est mis en location par une tierce personne et le ménage paye un loyer ; le ménage paie pour l’usage sans avoir la propriété de l’habitat.

Logement :
Local distinct et indépendant se trouvant à l’intérieur d’une concession si celle-ci en comporte plusieurs, ou se confondant à la concession elle-même, pour servir d’habitation.

Logement gratuit :
Situation d’occupation de l’habitat ou du logement dans laquelle celui-ci est gracieusement offert au ménage par une tierce personne qui ne perçoit aucun loyer en retour.

Matériau des murs de l’habitation :
Matériau principal des murs de l’habitation. On distingue les murs en :

  • Dur : murs construits en béton, en briques de ciment, de terre cuite ou en pierre taillée ;
  • Semi-dur : murs construits en briques de terre battue avec un revêtement en ciment ;
  • Banco : murs construits en briques de terre battue sans revêtement en ciment ;
  • Paille : murs construits en matériaux de nature végétale (bois, paille, tige de mil, etc.).

Ménage collectif :
Groupe de personnes généralement sans lien de parenté entre elles, habitant ensemble dans des conditions spéciales, c’est-à-dire utilisant principalement les installations qu’un établissement met à leur disposition pour subvenir à leurs besoins essentiels (repas, logement, soins).
Des exemples de ménages collectifs sont : Casernes militaires, prisons, couvents, orphelinats, internats scolaires, etc.

Ménage ordinaire :
Unité socio-économique de base au sein de laquelle un ou plusieurs membres, apparentés ou non, vivent dans la même maison ou concession, mettent en commun leurs ressources et satisfont en commun à l’essentiel de leurs besoins alimentaires et autres besoins vitaux, sous l’autorité de l’un d’entre eux appelé chef de ménage.

Opportunités sociales :
Dispositions prises par la société en faveur de l’éducation, de la santé ou d’autres domaines d’activité et qui accroissent la liberté qu’ont les individus de vivre mieux, modifient la qualité de vie des populations et favorisent une participation plus effective aux activités économiques et politiques.

Pauvreté :
La définition la plus acceptée de la pauvreté est celle d’une privation, tant physiologique que sociale, du bien-être de l’être humain.
Cette définition porte sur les deux dimensions de la pauvreté : la dimension physiologique (pauvreté économique) et la dimension sociale (pauvreté humaine).

Pauvreté de potentialités ou de « capacités » :
Insuffisance de moyens (« différentes formes de capital ») qui auraient permis de se soustraire de la pauvreté, de vivre correctement et de mettre en valeur ses capacités individuelles.
Cette approche permet d’aborder la pauvreté à sa source en la considérant comme le résultat d’une incapacité à saisir les opportunités qui se présentent en raison d’un manque de capacités résultant d’une santé déficiente, d’une éducation insuffisante, de déséquilibres nutritionnels, etc. Dans une vision dynamique, on devient pauvre du fait de modifications dans le patrimoine, dans le capital humain (handicap) ou dans le capital social (exclusion ou rupture familiale).

Pauvreté des conditions de vie ou « d’existence » :
Impossibilité de satisfaire aux besoins essentiels qui permettent de mener une vie décente dans une société donnée (au sens d’un minimum par rapport au mode de vie matériel et culturel de cette société).
Ce concept renvoie à la notion d’intégration/exclusion sociale et traduit une situation de manque dans les domaines relatifs à l’alimentation (déséquilibre nutritionnel), à la santé (non-accès aux soins primaires), à l’éducation (non-scolarisation), au logement, etc.

Pauvreté économique :
La dimension économique de la pauvreté comprend trois formes : la pauvreté monétaire, la pauvreté des conditions de vie ou « d’existence » et la pauvreté de potentialité ou de « capacités ».

Pauvreté humaine :
Insuffisance ou détérioration des liens qui attachent l’individu à une communauté de vie. Cette pauvreté résulte de l’absence d’enfants ou de parents, de la présence de conflits et des risques d’exclusion du village ou de la communauté d’appartenance.
L’exclusion liée à l’absence de droits sociaux est perçue dans certains pays, comme la forme de pauvreté la plus dure. Les relations sociales priment sur la possession de biens, et la cohésion sociale résulte de l’enchevêtrement de relations sociales exprimées en termes de droits individuels et d’obligations sociales.

Pauvreté monétaire :
Insuffisance de ressources engendrant une consommation insuffisante (expression d’un niveau de bien-être trop faible).
Sa mesure s’appuie soit sur le revenu, soit sur la consommation, traduits en valeur monétaire. On définit un seuil monétaire (ligne de pauvreté) en deçà duquel on est considéré comme pauvre.

Pièces d’une habitation :
Différents compartiments de l’habitation, réservés aux divers usages : dormir, se laver, manger, etc.
En général, le nombre de pièces d’une habitation permet d’apprécier les problèmes d’exiguïté et de promiscuité.

Profondeur de la pauvreté :
Écart relatif moyen au seuil de pauvreté des dépenses de consommation des ménages pauvres.
Elle mesure le degré de gravité de la situation des pauvres. Elle indique à quel niveau en dessous du seuil de pauvreté se situe la consommation des pauvres.

Propriétaire :
Situation d’occupation de l’habitat ou du logement dans laquelle celui-ci appartient au ménage.

Rapport de dépendance en fonction des âges :
Rapport de la population de 0-14 ans et 65 ans et plus, à la population de 15-64 ans. Il mesure la charge potentielle supplémentaire de la population productrice de biens et services.

Représentation des femmes au parlement (ratio de) :
Proportion de femmes parmi les élus siégeant à l’Assemblée Nationale.

Résident absent dans un ménage :
Personne qui réside habituellement dans le ménage et qui a passé la nuit de référence hors du ménage, mais qui a l’intention de passer moins de 6 mois à l’extérieur du ménage.

Résident dans un ménage :
Personne qui réside habituellement dans le ménage depuis au moins 6 mois ou depuis moins de 6 mois avec l’intention de rester au moins 6 mois.

Résident présent dans un ménage :
Personne qui réside habituellement dans le ménage depuis au moins 6 mois (ou depuis moins de 6 mois avec l’intention de rester au moins 6 mois) et qui a passé la nuit de référence dans le ménage.

Revenu global ou total du ménage :
Ensemble des revenus monétaires et non monétaires du ménage.

Revenu monétaire du ménage :
Toutes les entrées d’argent au niveau du ménage issues de la production agricole, de l’activité d’exploitation (entreprise ou commerce), des salaires et revenus non agricoles sur commission. Il intègre également les revenus de la propriété, les revenus financiers, les transferts reçus, etc.

Revenu non monétaire du ménage :
Valeur au prix du marché de biens et services produits par le ménage et utilisés pour sa propre consommation, et valeur locative des logements occupés par leur propriétaire.

Seuil de pauvreté :
Niveau de revenu permettant de couvrir le besoin minimum calorique alimentaire et les besoins de base non alimentaires.

Sévérité de la pauvreté :
Mesure de la dispersion des dépenses de consommation des ménages pauvres autour de la moyenne de ces dépenses.

Statut ou mode d’occupation du logement :
Lien existant entre l’occupant et le logement. On distingue :

  • Propriétaire : le logement appartient au ménage qui l’occupe ;
  • Locataire : le logement est mis en location par une tierce personne et le ménage qui l’occupe paye un loyer. Le ménage paie pour l’usage et non pour acquérir la propriété du logement ;
  • Logement gratuit : l’usage du logement est gracieusement offert au ménage par une tierce personne qui ne perçoit aucun loyer en retour.

Taille du ménage :
Nombre de personnes résidant habituellement dans un ménage.

Type d’habitation :
Type de bâtiment occupé par un ménage. On distingue :

  • Immeuble à appartements : Bâtiment de type moderne d‘un ou plusieurs niveaux (étages) divisés en appartements ;
  • Villa : Maison individuelle comportant un séjour (salon), une ou plusieurs chambres ainsi que les commodités intérieures suivantes : cuisine, douche, WC avec fosse septique et cela indépendamment des matériaux de construction de la maison ;
  • Maison individuelle simple : Maison individuelle n’ayant pas le standing d’une villa ;
  • Bâtiment à plusieurs logements : Construction d’un niveau formée de plusieurs logements séparés (par exemple un "célibatorium") ;
  • Case : Construction de type traditionnel, généralement de forme circulaire ou rectangulaire, en banco ou en paille avec un toit de forme conique ou pyramidale faite de branchages recouvertes de paille.

Visiteur dans un ménage :
Personne présente dans un ménage, qui y a passé la nuit de référence mais qui n’y réside pas parce que sa résidence habituelle se trouve ailleurs.

Vulnérabilité :
Risque qu’un ménage, un individu ou une communauté, quel que soit son niveau de richesse, trouve sa situation ou ses conditions de vie se dégrader dans le futur face aux fluctuations de la vie (risques et chocs).
Ces fluctuations de la vie peuvent découler d’évènements incertains qui peuvent affecter le niveau de vie, comme la maladie, la vieillesse, les pertes de récolte, le chômage, la sécheresse ou les risques liés aux actions d’autres personnes ou aux décisions politiques.

Vulnérabilité à la pauvreté de potentialité ou de capacités :
Absence de capacité de réaliser les ajustements nécessaires pour protéger son bien-être lorsqu’il est exposé à des chocs ou des événements externes défavorables. La capacité des ménages, individus ou communautés à éviter ou réduire la vulnérabilité dépend non seulement des ressources dont ils disposent initialement, mais aussi de l’accessibilité et de leur aptitude à utiliser efficacement ces ressources pour obtenir un revenu, de la nourriture ou d’autres choses.

Vulnérabilité à la pauvreté des conditions de vie :
Risque d’être exclu d’un certain mode de vie matériel et culturel. On peut dans ce cadre considérer la vulnérabilité à l’analphabétisme, la vulnérabilité à la mortalité infantile et juvénile ou aux complications de grossesses, ou à la malnutrition, etc.

Vulnérabilité à la pauvreté humaine :
Risque de privation dans le futur des droits sociaux, civiques et l’impossibilité de mener des activités politique, syndicale et culturelle pour défendre sa situation économique et sociale. L’individu ou le ménage est exposé à la perte de son identité sociale, culturelle et politique et ne sera pas à mesure de la recouvrir.

Vulnérabilité à la pauvreté monétaire :
Risque qu’un ménage ou un individu tombe dans la pauvreté du fait d’un niveau de vie en dessous du seuil de pauvreté.

Zone d’habitation :
Emplacement de l’habitation en zone lotie ou non lotie.